• Agathe

#31 - Moldavie

Des milles et une façon de quitter la Moldavie - Vladimir Lortchenkov


Résumé :


Dans le petit village de Larga, l'exaspération est à son comble. Le pays est en déclin et la pauvreté ne cesse de progresser. La solution ? Quitter la Moldavie pour aller dans ce Paradis qu'est l'Italie. Quand l'idée est évoquée, une fièvre d'espoir s'empare alors du village. Ils n'ont plus qu'une idée en tête rejoindre l'Italie par TOUS les moyens.


7/10 : Drôlement triste et tristement drôle.


C'est un petit livre qui se lit tout seul et qui nous embarque dans des aventures toutes plus grotesques les unes que les autres.

Si leur acharnement est tourné un peu en ridicule, il nous rappelle que chacun aspire à une vie meilleure. Certains l'ont déjà (et ne s'en rendent pas forcément compte) et d'autres comme nos personnages sont déterminés à l'obtenir. Car la Moldavie est réellement le pays le plus pauvre d'Europe, et des gens meurent vraiment en essayant d'échapper à cette misère.


Y parviendrons t-ils ?


C'est ce genre de livre qui te fait rire et te rend triste au même moment, quand tu te rappelle que derrière les blagues, il y a une réalité beaucoup plus dure. Et que ce beau rêve qu'est l'Union Européenne, n'est pas si parfait que prévu.


Le ras-le-bol et la fatigue côtoient l'espoir en permanence, ce qui en fait un livre très optimiste et rafraîchissant.


J'ai aimé le ton et la manière dont Vladimir Lortchenkov pratique l'auto-dérision à propos de son propre pays, montrant des gens simples, naïfs, mais superbement attachants.


On se surprend à espérer qu'ils parviennent à leur but, à les encourager inconsciemment, à penser "Non, ne fais pas comme ça !", à être triste de leurs échecs. Et ça pour moi, c'est la preuve que c'est un bon livre !


"- J'aimerais bien savoir, dit Vasilli tout en appuyant paresseusement sur ses pédales, si le vieux Tudor va nous pardonner le vol de son vélo.
- Pas de son vélo, rectifia Séraphim qui suivait le cours de leur navigation à travers le plexiglas volé à la table du géomètre du district. De ses pédales, c'est tout.
- Mais nous avons quand même volé le vélo entier, s'indigna Vassili.
- Nous n'avons utilisé que les pédales ! Rétorqua Séraphim. Ça change tout !
- Non, répliqua Vassili après quelques secondes de réflexion. Quand un renard étrangle une oie pour n'en manger que la cervelle, on ne dit pas qu'il a tué la cervelle. On dit qu'il a étranglé une oie.
- Si le vélo du vieux Tudor te donne des remords, répondit Séraphim en tapotant gentiment l'épaule de son ami, tu t'inquiètes pour rien. Quand on sera en Italie et qu'on aura gagné un tas d'euros, on lui en achètera un autre, la meilleure bécane de course possible. Et on la lui enverra avec plein d'argent en dédommagement."
8 vues

SUBSCRIBE VIA EMAIL

© 2023 by Salt & Pepper. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now